2014年春夏新作 プラダ バッグ
       
Baltimore Ravens Jerseys
ダコタ バッグLe Condroz
Les brèves
Actu nationale
Les communes
Les commerçants
Agenda
Forum
Chat
Horoscope
 
ビジネスバッグTourisme
Numéros utiles
Cartographie
Où manger ?
Où se loger ?
A voir
Album photos
Que faire en Belgique ?
 
Mailing-list
 
Jeunes
WallPaper
Jeux vidéos
Cinéma
Astuces PC
Que faire ?
On y était !!
Humour
Sms
Logos et sonneries
Canular d'enfer par GSM
Répondeurs GSM
 
Shopping
Shopping régional
DVD
Musique
Logiciels
Jeux vidéos
Livres
Autres
 
Les annonces
Les petites annonces
Les autos/motos
Les jobs
 
Votre internet
Equipez-vous
E-mail
Hébergement
Téléchargements
Création de sites
Aide
 
Pub et partenaires
Vos bannières
Vous promouvoir ici
Nos partenaires
Devenez partenaire
Contactez-nous
 
Annuaire commercial :     où :     
Villers Animations
 
Document sans titre
  • Patrimoine de Villers-le-Temple


        > Des tours.

    Vestiges de la Commanderie (Enceinte classée)
    De la destruction du château subsistent deux tours et une troisième tronquée au pied desquelles il est possible de visiter des souterrains.

    La Tour Malherbe
    Située à l’extrémité nord du village, la "Toûr Måles Yèbes" (= Tour aux mauvaises herbes) est une habitation d’origine médiévale. Elle est entourée d’un ensemble de bâtiments des XVIe et XVIIe siècles. Le tout constitue un hameau au pied du hameau de France.

       > Des fermes.

    La fin du XXe siècle a vu la disparition de plusieurs fermes. De celles restantes subsiste notamment

    La ferme de l’Abbaye (Bâtiment classé)
    C’est une ancienne dépendance de l’abbaye cistercienne du Val Notre-Dame à Antheit près de Huy. Magnifique exploitation agricole du XVIIIe siècle, elle marque l’entrée du hameau de Clémodeau.

       > Des châteaux.

    La Commanderie (Enceinte classée)
    Du château, il ne subsiste aujourd’hui, suite à sa destruction au milieu du XIXe siècle, que deux tours et une troisième tronquée, ainsi que des souterrains. L’enceinte et la basse-cour (ferme) restent bien conservées. Sa construction date de 1260 sur l’initiative de Gérars de Villers, chevalier de l’Ordre du Temple et premier Commandeur. Une des tours toujours dressées a été reconstruite en pierre et briques sous le Commandeur français de l’Ordre de Malte, Jacques-Laure le Tonnelier de Breteuil (1756-1787). Le château était dédié comme la plupart des Commanderies, à Notre-Dame.

    Gravure des alentours de la Commanderie

    La Tour au Bois (Bâtiment classé)
    Magnifique château construit entre 1791 et 1801 pour le compte de Jean Théodore Rome dernier administrateur des biens de la Commanderie. Il s’étend sur 11 hectares. Son nom n’a rien à voir avec un lieu planté d’arbres, mais bien du nom de la famille qui occupait l’édifice (1454) que le château actuel a remplacé, il s’appelait "Boys". Il possède deux particularités : fréquentes dans les villes mais exceptionnelles à la campagne, deux portes cochères permettaient l’entrée des calèches dans le bâtiment puis leur sortie à l’arrière du château vers le parc, une chaudière dans les caves assurait le chauffage dans tout le bâtiment. A remarquer le fronton triangulaire orné d’aigles en plâtre entre des cornes d’abondance et certaines fenêtres peintes en trompe-l’œil pour assurer la symétrie. L’entrée dans la propriété se fait par une magnifique drève plantée de tilleuls.

    Photo de La Tour au Bois

    La gentilhommière
    Datée du début du XIXe siècle, elle est flanquée d’annexes en moellons de grès du XVIIIe siècle.

    Le Manoir de la Tour (Bâtiment classé)
    Aussi dénommé Château de la Brasserie parce qu’à l’entrée du domaine s’était installée en 1880, une brasserie. Il se compose d’un donjon datant de la seconde moitié du XIIe siècle qui dépendait de la cour féodale de Liège et de la cour censale de Villers. A la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle lui fut adjoint un corps de logis. On raconte que Gérars de Villers aurait occupé le donjon en attendant la fin de la construction de la Commanderie.

       > Des moulins.

    Quatre moulins à eau ont été présents à Villers-le-Temple, à l’Armoulin (possession de la Commanderie) à part le bâtiment transformé, il ne subsiste aucune trace, de ceux d’Hoboval (XVIIIe siècle) et du Neumoulin (XVIIIe siècle, dépendance de la Commanderie), on peut encore voir la roue, quant au

    Moulin de la Forge
    Sa restauration en 1996 permet aux visiteurs de découvrir le mécanisme au travail et comment le grain devenait farine au temps de nos aïeux. Petite usine de la seconde moitié du XVIIIe siècle, à la fois pressoir à l’huile et fouloir, elle fut transformée en moulin à grain à la fin du XIXe siècle et cessa ces activités vers 1959.

    L’église Saint-Pierre (Bâtiment classé)
    Antérieure à 1260, elle est restée à travers les siècles, l’église paroissiale dont le curé jusqu’à la Révolution française était désigné par le Commandeur. Du premier édifice, subsiste le noyau de la tour recouvert d’un parement en 1771. L’édifice actuel est le résultat des travaux d’agrandissement et de la réalisation de la magnifique décoration intérieure dus au mécénat du Commandeur Jacques-Laure le Tonnelier de Breteuil (1723 – 1785) et surtout à l’importante contribution des paroissiens entre 1757 et 1764. L’église a connu une dernière restauration importante en 1972. Dans le mur gauche de l’entrée est encastrée la pierre tombale de Gérars de Villers.

    Les Rochettes
    Massif rocheux surplombant la vallée du Neumoulin. Un alignement de roches taillées datant du néolithique y fut découvert.

      > Des carrières

    La carrière du Soleil
    Son exploitation a cessé au début des années 1990.

    La carrière Defays
    Inexploitée depuis plusieurs années, elle présente un site de toute beauté.

     


     

    Droits de reproduction et de diffusion réservés © Boberlin
    Politique de confidentialité du site | Qui sommes nous ? | Nous contacter